Accueil Crypto monnaies Les crypto monnaies

Les crypto monnaies

0
0
94

2810AEA6-1D49-4F89-BF62-901B64BBD90F

 

La crypto monnaie naît en 2009 avec le Bitcoin. A la base, les fondateurs du dark web cherchaient un moyen discret de faire des transactions sans être tracés. Il leur fallait donc un moyen de payer qui ne laisse pas de trace ou du moins qui soit totalement anonyme et ne permette pas de remonter à eux. C’est ainsi qu’en utilisant la blckchain, la crypto monnaie va naître.

Comment cela fonctionne t’il?

Contrairement au systeme bancaire qui implique de passer par un intermédiaire de donc d’y laisser des frais mais aussi des traces de ce qu’on achète ou vend, la blockchain en permettant les crypto monnaies, c’est un peu comme si on payer directement en cash. Ainsi pas de trace. La trace est seulement entre le vendeur et l’acheteur. Exit l’intermédiaire, exit l’identité des protagonistes même si l’opération reste transparente c’est à dire tout le monde peut voir les écritures.

 

Comment la blockchain permet elle cela ?

7E6ACB66-16C5-4CED-9A85-6AE9C9A3AC34

La prochaine est un système de calcul ultra verrouillé qui permet d’avoir la certitude que tout ce qui précède est vrai et immuable.

Pour faire simple, on a ce qu’on appelle les opérations asymétriques qui s’opposent au chiffrement symétrique.

D’un côté j’ai une clé de chiffrement privé et de l’autre côté pour pouvoir déchiffrer ce que j’ai chiffré il faut une clé de chiffrement différente de celle que j’ai utilisé pour chiffrer. D’où l’asymétrie. Si j’avais la même clé à la sortie comme à l’entrée, alors on parlait de symétrie.

La blockchain utilise la clé de chiffrement asymétrique. Le possesseur d’un compte, quand il l’ouvre reçoit une clé de chiffrement privé. Et la clé de chiffrement associé par contre elle est public. Ainsi, à chaque transaction, tout le réseau peut savoir qu’il a fait une transaction et sa transaction est enregistré. Cela empêche toute triche.

Par ailleurs, la blckchain se base sur un autre système, en décentralisant la monnaie, il faut bien remplacer les banques. Et elle fait ça en se fiant au réseau.

Qu’est ce que le réseau?

DBD85BF9-CF55-47F5-8D2E-6CE23B1168E0

Un ensemble d’ordinateur tous connecté qui enregistre une partie du code produit et participe au calcul de chiffrement des opérations passées.

Chaque membre du réseau est gardien du processus et aussi acteur.

Les opérations de chiffrement utilisées pour sécuriser la blockchain nécessitent des puissances de calcul hors normes. Ainsi chaque ordinateur du réseau met sa puissance de calcul au service de la blockchain pour dégager des chiffrement d’une masse d’opération qu’on appelle « preuve de travail » ou des blocks.

En fait dans le monde, chaque réseau de la chaîne a une liste d’opérations dites en attente. Tous ont les mêmes et ils travaillent dessus pour dégager le block et cette fameuse preuve de travail. A chaque fois qu’un réseau trouve cette preuve de travail, il a droit à une certaine somme en récompense pour son travail (25 BTC par exemple, 21 millions en tout à la fin seront créés ainsi, pas un de plus). Dès lors toute les autres listes de travail se ferment, on considère toutes les opérations précédentes validées et on ouvre une nouvelle liste de travail, ainsi de suite et les blocks ou preuve de travail s’enchaînent d’où blockchain.

 

Ainsi tout ce qui est inscrit dans la blockchain, par ce mécanisme de « preuve de travail » est éternel et infalsifiable.  Donc on peut voter par exemple avec sans que ça soit jamais modifiable.

 

Pourquoi dit on alors que le bitcoin n’est qu’a moitié anonyme?

Tout simplement parce que par le passé, en étudiant les blockchains et en se basant sur des modèles récurrents, on a réussi à desanonymiser des personnes. La blockchain étant éternellement infaillible, on pourra ainsi à tout moment pouvoir desanonymiser des gens.

 

Monero

Pourquoi dit on que monero lui est anonyme?

Parce que le créateurs de monero sont partis de la bitcoin. Ayant vu ses problèmes d’anonymat, ils ont voulu aller plus loin.

 

CryptoNote et RingSignature

CryptoNote est un système de cryptage qui cache au sein d’un ensemble de transactions fausses la transaction vraie de telle sorte que pour trouver la transaction vrai, il faut alors se taper le déchiffrage de toutes les transactions trop long trop usant d’où l’anonymat.

Mieux, les créateurs de monero sont aller encore plus loin et ne permettent même pas de savoir le nombre exact de transactions fausses aux seins desquelles se cache la seule vraie.

Ils ont augmenté cryptoNote qu’utilise Bitcoin en faisant cette mise à jour de la RingSignature.

 

Le futur?

Blockchain, objets connectés, intelligences artificielles et réalité augmentée.

 

Coin et Token

La différence entre une crypto monnaie et un token se situe au niveau de la blockchain.

Une crypto monnaie a sa propre blockchain avec laquelle elle s’est développé. Dessus, sur cette blockchain peut venir se greffer un token. Donc en gros un token est une monnaie virtuelle mais qui n’a pas été développée dès le début avec une blockchain propre mais se base et utilise sur une blockchain déjà préexistante.

Un peu comme free qui n’a créé aucun réseau d’émetteurs mais vient se fixer sur le réseau créé par France telecom.

Ou encore les constructeurs de téléphones qui n’ont pas de système d’exploitations et se basent sur le système d’exploitation Androïd de Google.

Ou même Microsoft qui fournit à la plupart des constructeurs d’ordinateurs leurs systèmes d’explorations…

Charger d'autres articles liés
  • Smart Contract Ou Contrat Intelligent

        Quand on pose la question aux spécialistes des nouvelles technologies pour s…
  • Le Paradis à l’Ombre Des Épées

    On prête au prophète de l’Islam, Muhammad cette parole: « Le paradis se trouve à l’ombre d…
  • Into The BadLands

    Contexte: Que se passerait il si l’humanité, après des siècles voire des millénaires d’évo…
Charger d'autres écrits par faaya
Charger d'autres écrits dans Crypto monnaies

Laisser un commentaire

Consulter aussi

L’impuissance de Dieu

Magnifique article qui documente « l’impuissance de Dieu: un débat récurrent dans la théol…